top of page

L'inflation, un défi pour les banques centrales et les investisseurs

Aujourd'hui, nous souhaitons vous parler d'un sujet d'actualité qui concerne tous les épargnants : l'inflation.

L'inflation est la hausse générale et durable des prix des biens et des services. Elle se mesure à travers des indices comme l'indice des prix à la consommation (IPC) ou l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH). L'inflation a plusieurs causes possibles, comme la demande excédant l'offre, la hausse des coûts de production, ou la création monétaire excessive.


Depuis le début de la crise sanitaire, l'inflation a connu une forte accélération dans la plupart des pays développés, en raison notamment de la reprise économique, des tensions sur les chaînes d'approvisionnement, et des politiques monétaires et budgétaires très accommodantes. En France, l'inflation a atteint 5,7 % sur un an en mars 2023, selon l'Insee, soit son plus haut niveau depuis 1982. Dans la zone euro, l'inflation a grimpé à 7 % en avril 2023, selon Eurostat, dépassant largement l'objectif de 2 % de la Banque centrale européenne (BCE). Aux États-Unis, l'inflation a bondi à 8,5 % en mars 2023, selon le Bureau of Labor Statistics, son plus haut niveau depuis 1980.


L'inflation pose un défi majeur pour les banques centrales, qui doivent trouver le bon équilibre entre soutenir la croissance et préserver la stabilité des prix. Si l'inflation est trop élevée et persistante, elle peut entraîner une perte de confiance dans la monnaie, une érosion du pouvoir d'achat, et une hausse des taux d'intérêt. Si l'inflation est trop basse ou négative (déflation), elle peut freiner la consommation, l'investissement, et la croissance.


Les banques centrales disposent de plusieurs instruments pour agir sur l'inflation, comme le taux directeur, qui influence le coût du crédit, ou les achats d'actifs sur les marchés financiers, qui injectent de la liquidité dans l'économie. Face à la montée de l'inflation, les banques centrales doivent décider si elles resserrent ou non leur politique monétaire, c'est-à-dire si elles augmentent leur taux directeur ou réduisent leurs achats d'actifs. Cette décision dépend de leur analyse de la nature et de la durée de l'inflation : s'il s'agit d'un phénomène temporaire lié à des facteurs exceptionnels (effet de base, chocs d'offre), les banques centrales peuvent adopter une attitude attentiste et maintenir leur soutien à l'économie ; s'il s'agit d'un phénomène durable lié à une surchauffe de la demande ou à une dérive des anticipations inflationnistes, les banques centrales doivent agir rapidement et fermement pour éviter que l'inflation ne s'emballe.

Pour le moment, les banques centrales se montrent plutôt prudentes et répètent que l'inflation actuelle est transitoire et qu'elle devrait revenir vers leur objectif à moyen terme. La BCE a ainsi confirmé en avril 2023 qu'elle maintiendrait un rythme élevé d'achats d'actifs au moins jusqu'à la fin du troisième trimestre 2023. La Réserve fédérale américaine (Fed) a également indiqué en mars 2023 qu'elle ne relèverait pas son taux directeur avant 2024. Toutefois, ces discours rassurants ne suffisent pas à calmer les marchés financiers, qui anticipent une remontée plus rapide et plus forte des taux d'intérêt face au risque inflationniste.


Comment faire face à la hausse des prix et des taux d'intérêt ?


L'inflation a également des conséquences importantes pour les investisseurs, qui doivent adapter leur stratégie pour protéger leur pouvoir d'achat et optimiser leur portefeuille. En effet, l'inflation réduit le rendement réel des placements financiers, c'est-à-dire le rendement nominal diminué du taux d'inflation. Par exemple, si un placement rapporte 2 % par an et que l'inflation est de 5 % par an, le rendement réel est de -3 % par an. L'inflation peut aussi entraîner une hausse des taux d'intérêt, qui affecte négativement la valeur des obligations : plus les taux montent, plus les obligations existantes perdent de leur attrait et voient leur cours baisser.


Face à ce contexte inflationniste et haussier sur les taux, les investisseurs doivent privilégier les actifs qui offrent une protection contre l'inflation ou qui bénéficient de la reprise économique. Parmi ces actifs, on peut citer :


- Les actions : les actions sont généralement considérées comme un bon rempart contre l'inflation, car les entreprises peuvent répercuter la hausse des prix sur leurs ventes et leurs profits.


Toutefois, toutes les actions ne se comportent pas de la même manière face à l'inflation. Il faut donc être sélectif et privilégier les secteurs qui ont un pouvoir de fixation des prix élevé, comme la technologie, la santé, ou les biens de consommation courante. Il faut aussi favoriser les entreprises qui ont une forte croissance organique, une bonne rentabilité, et une faible sensibilité aux variations des taux d'intérêt. Enfin, il faut diversifier son portefeuille géographiquement et profiter des opportunités offertes par les marchés émergents, qui sont moins exposés aux chocs inflationnistes et bénéficient du dynamisme de la demande intérieure.


En conclusion, l'inflation est un phénomène complexe et imprévisible, qui peut avoir des conséquences importantes sur la performance des actifs financiers. Face à ce défi, les investisseurs doivent adapter leur stratégie et rechercher les meilleures opportunités de rendement et de protection de leur pouvoir d'achat. C'est pourquoi chez Peaky Investment, nous vous proposons des solutions d'investissement sur mesure, qui tiennent compte de votre profil de risque, de vos objectifs et de vos besoins. Nous vous accompagnons dans la sélection des actifs les plus adaptés à votre situation, en vous offrant une diversification optimale et une gestion active de votre portefeuille. Si vous souhaitez en savoir plus sur nos offres et bénéficier de notre expertise, n'hésitez pas à nous contacter. Nous serons ravis de vous conseiller et de vous aider à réaliser vos projets financiers.

תגובות


bottom of page